Vieillir mobile

Par , le 5 mai 2015.

COMPLICE
La Table de concertation des aînés de l’île de Montréal (TCAÎM)

CONTEXTE
Depuis déjà plusieurs années, le milieu communautaire des aînés s’intéresse à une problématique bien particulière : le manque de solutions en accompagnement-transport pour motif médical. Avec la préoccupation de favoriser le maintien dans la communauté des personnes avec des pertes de mobilité ou des pertes cognitives, vient la nécessité de réfléchir à de nouvelles alternatives sociales. Au-delà de pouvoir habiter chez soi plus longtemps, il faut être en mesure de poursuivre notre routine et notre vie sociale. Toutefois, dans certains cas, l’hôpital est malheureusement une destination récurrente. Ces rendez-vous sont d’une importance vitale et les alternatives de transport avec ou sans accompagnement existantes, notamment à Montréal, ne sont pas d’une grande accessibilité. Que ce soit en raison des coûts, des disponibilités, des critères d’admission, des horaires, de la distance, etc. plusieurs personnes tombent, comme on dit, entre deux chaises.

Ayant repris le flambeau sur ce dossier, la TCAÎM passe à l’action avec le projet Vieillir mobile. D’un côté, un projet-pilote en économie sociale d’accompagnement-transport pour motif médical est en train de voir le jour. De l’autre, la Table rassemble actuellement divers acteurs du transport, de la santé et de l’accompagnement afin de faire un état des lieux et ensuite imaginer ensemble de nouvelles solutions. C’est dans le cadre de cette réflexion que Trajectoire est entré en jeu, avec le support de nos complices de l’équipe de percolab.

Intention de la rencontre

À partir du chemin parcouru et de témoignages d’usagers, la TCAÎM vous invite à faire émerger de nouveaux modèles favorisant la mobilité des aînés pour un vieillissement actif dans la communauté.

PROCESSUS
À l’amorce de cette collaboration tripartite, un des constats importants était le niveau de complexité de ce défi. La quantité de données manquantes sur le sujet ainsi que la grande diversité des acteurs concernés nous demandaient de bien réfléchir à l’approche à adopter. Cette démarche devait être très mobilisatrice afin de permettre l’exploration de chaque pièce du casse-tête que chacun détient dans l’écosystème montréalais et de polliniser l’engagement de la TCAÎM à expérimenter de nouvelles solutions.

Dans l’idée de planifier un premier évènement où réunir tous ces acteurs et définir ensemble le cadre de ce défi collectif, il a fallu refaire le tour de la question plusieurs fois. Comment pouvions-nous réfléchir au processus de la journée avec une telle situation où de nombreuses facettes de la problématique sont inconnues? À force de tenter d’explorer ces zones par nous-mêmes, nous en sommes venus au constat suivant : cette opportunité de rencontre devait servir à faire évoluer la compréhension de l’enjeu et son étendu. Afin de faciliter cette exploration, l’idée nous est venue de mettre toutes nos cartes sur table. Nous nous sommes alors concentrés sur ce que la Table connaissait déjà. Quel sens pouvions-nous faire émerger des données présentes? Comment les partager avec une grande clarté aux participants?

De cette réflexion sont nés quelques tableaux et schémas destinés à être des points centraux de la journée. En présentant ce que nous savions de l’accompagnement-transport pour motif médical sur l’île de Montréal, nous pourrions faire tous ensemble l’état des lieux :

  • Les premières informations nous semblent-elles justes?
  • Comment interprétons-nous le portrait de cette situation?
  • Quelles sont les informations manquantes qui amélioreraient notre compréhension?
  • Quelles données pertinentes les acteurs présents peuvent-ils partager?

 

Ce qui était particulier à notre planification de la journée était l’aménagement de la salle avec seulement un grand cercle de chaises. Un peu moins habituelle dans nos contextes professionnels, l’organisation en cercle peut être confrontante pour certains individus. Il faut donc porter grand soin à la manière dont nous cassons la glace en début de journée. Toutefois, le cercle avait une grande pertinence face à nos objectifs :

En cercle, chacun s’expose et voit l’autre, tous les autres. Chaque voix a la responsabilité de s’exprimer, dans le respect des différences et de son unicité. Dans le cercle, chacun a sa place, la parole lui est offerte, il peut la prendre, offrir un moment de silence ou encore passer son tour. L’ensemble du groupe perçoit et vit les interconnexions différemment, le cercle est particulièrement porteur pour apaiser les tensions, par la seule voix qui s’exprime et le calme qui l’écoute. Il initie un autre mode de relation, plus humain et propice à l’émergence de l’intelligence et de la sagesse collectives.Texte traduit et réécrit en partie par Lisa Gravel, inspiré d'un texte de Chris Corrigan tiré du guide du Vancouver Island Aboriginal Transition Team.

Au cours de l’évènement, nos questionnements ont su créer un éveil face à la dimension du défi et au besoin d’y faire face, autant individuellement dans nos organisations, que collectivement : y travailler de manière systémique, sur l’ensemble de la ville, aura aussi un impact concret sur nos réalités locales. Nous avons donc réussi à poser les premières pierres afin que se multiplient les expérimentations sur le terrain. En complémentarité avec le projet-pilote que mène la Table, ces possibles solutions nous feront avancer vers une plus grande accessibilité des services de ce type pour les aînés.

Il est maintenant l’heure de réfléchir aux moyens pour que tous les acteurs rassemblés par Vieillir mobile maintiennent ce lien d’intérêt. Avec quels outils pourront nous favoriser l’émergence de projets autant individuels que collectifs?